Le mot de la présidente





Le maire de Nice, Christian Estrosi, a tenté d'interdire les locations saisonnières à Nice du 06 au 20 février 2021 par arrêté municipal. Cet arrêté avais pris effet et rendu illégal, tout séjour de vacanciers pendant la période visée, fragilisant encore plus l'activité des loueurs de meublés de tourisme et indirectement, une filière tourisme sinistrée depuis le début de la crise sanitaire



L'UPLT avait essayé, en vain, depuis le 13 janvier, de prendre contact avec le maire de Nice, le préfet des Alpes Maritimes et la direction de l'Office tu tourisme métropolitain mais nos doléances étaient restées sans réponses.

Nous avions donc pris l'initiative, pour nos adhérents et plus largement pour l'ensemble des acteurs de la location saisonnière, d'attaquer cet arrêté en référé liberté, avec le concours de notre avocat Me Fabrice Barbaro. L'audience s'est tenue le 08 février 2021 à 10h00 au Tribunal Administratif de Nice et le même jour, la juridiction avait, par ordonnance, suspendu l'arrêté. Ce fut alors une grande victoire pour notre petite association locale et nous espérions que l'affaire allait en rester là. C'était sans compter sur l'obstination de Christian Estrosi qui avait annoncé, peu après que la décision soit rendue publique, vouloir se pourvoir devant l'une des plus hautes juridiction du pays, le Conseil d'Etat.

La menace du maire de Nice mise à exécution, l'audience au Conseil d'Etat est fixée au 15 février 2021 !



L'UPLT ne baisse pas les bras et décide de poursuivre son action. Elle sera donc à nouveau opposée à la ville de Nice et espère bien faire valoir ses droits ainsi que de toutes celles et ceux qui ont un intérêt dans la location de meublés de tourisme. Nous sommes convaincus qu'ils s'agit d'une manoeuvre politique visant à défier la politique sanitaire de l'Etat et d'une énième tentative de satisfaire une partie du lobby hôtelier qui persiste à accuser les loueurs saisonniers de concurrence déloyale.

En tout état de cause, et sans réelle cohérence avec les enjeux sanitaires et économiques de la ville de Nice, Christian Estrosi a tenté de se substituer au pouvoir de l'Etat et a manifestement tenté de privilégier l'hôtellerie qui traverse elle aussi, l'un des plus graves crises de son histoire.

Les loueurs de meublés de tourisme exercent une activité légale, doivent appliquer un protocole sanitaire stricte, veiller à ce que les règles sanitaires soient comprises et appliquées par leurs clients et tenter de survivre malgré une activité très fortement réduite.


4 vues0 commentaire